Les compensations carbones

Plantation d'une mini forêt sur le modèle Miyawaki _ Photo du site thebetterindia.com

Je ne sais pas vous… mais j’aime voyager et j’aime prendre soin de la nature qui nous prodigue de si belles forêts.

Dans le film Avatar de James Cameron, le moment qui m’a ému aux larmes est celui où leur Arbre-Maison gigantesque (le mot semble presque faible) est détruit par les humains. S’attaquer à la nature de manière aveugle me met dans tous mes états. Parfois, je me dis c’est bien gentil de vouloir planter des arbres mais si on pouvait déjà arrêter de déforester, que ce soit ici en France, ou dans d’autres forêts… Évidemment, ce n’est pas simple, de gros intérêts sont toujours en jeu. Donc j’aime regarder ce qui se fait en termes de plantations.

Calculer son empreinte carbone

Il existe des sites qui permettent de calculer l’empreinte carbone de son trajet (en avion par exemple, c’est ce qui est le plus culpabilisant) et de donner une compensation financière pour planter des arbres en conséquence.

Le site ecotree.green propose de devenir propriétaire d’arbres et de bénéficier ainsi de leurs bénéfices écologiques comme économiques ! Cela est au moins transparent sur le fait que les arbres, en fonction de leur essence, vont être coupés à un horizon de 40 à 50 ans. Leur site fait état de la recherche en cours sur les capacités de stockage de CO2 d’un arbre. On sait que les arbres en stockent plus ou moins selon leur essence, mais à ce jour il n’y a pas encore de consensus sur le fait qu’ils en stockent davantage pendant leur jeunesse ou à maturité…

Le site reforestaction.com propose un calculateur et de financer des forêts digitales pour restaurer les forêts. Ce qui me fait tiquer, c’est de lire ceci : “Les porteurs de projets s’engagent aussi à fournir à Reforest’Action des photographies de la parcelle pendant 5 ans et à conserver l’état boisé pendant un minimum de 20 ans.” Si je donne mon argent à un projet, ce n’est pas pour qu’ensuite le propriétaire vende sa parcelle pour faire du bois de chauffage ou autre chose ! Il me semble donc essentiel de vérifier ce que deviennent les arbres dans le tas. Pour ce site, il faut nuancer les choses. Il existe divers projets et on peut choisir à quel projet on souhaite fournir son soutien. Il existe notamment les projets de forêts urbaines avec la méthode Miyawaki (voir ci-dessous) qui ne sont pas dans une dynamique de vente du bois.

La méthode Miyawaki

J’ai donc été attirée par un tas de nouveaux projets autour de mini-forêts selon la méthode Miyawaki. Cette méthode de reforestation est appelée « senzai shizen shokysei », soit la « végétation potentielle naturelle ». (1) Le but est de choisir un certain nombre de plants d’espèces indigènes et de les planter de manière très serrée. Cette densité permet une grande biodiversité et un meilleur stockage du carbone. La forêt qui en est issue sont similaires à des forêts vierges, non entretenues par l’homme. Cette méthode permet aussi de faire croître des forêts sur de très petites surfaces, par exemple un ancien parking.

J’ai pour le moment repéré 3 projets en France. Il est possible de faire des donations pour chacun :
https://semeursdeforets.org
https://boomforest.org/fr
https://www.minibigforest.com

Il peut aussi être intéressant de s’abonner aux newsletters des projets qui ont lieu près de chez soi pour participer aux chantiers participatifs de plantation !

Ouverture

Il est vrai qu’il est difficile de savoir ce qu’un arbre va concrètement stocker comme CO2 et pour combien de temps. Mais il ne faut pas oublier tous les autres services écologiques rendus par les arbres et les forêts, en voici quelques uns :

  • ils réduisent les effets des inondations en stockant l’eau et ralentissent l’érosion du sol grâce à leurs racines
  • les forêts agissent aussi comme des pompes qui attirent les pluies des côtes vers les continents
  • ils sont un réservoir de biodiversité
  • en ville, les arbres rafraîchissent l’air par leur ombre et leur évapotranspiration

Et n’oublions pas, les océans et leurs planctons sont aussi de grands réservoirs de CO2, la pollution au plastique de nos océans provoque des conséquences désastreuses sur l’évolution de ces derniers.

  1. https://semeursdeforets.org/la-methode-miyawaki/
Les compensations carbones

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *